INSTITUER LA FAMILLE - Gouvernement, Subjectivité, Engendrement

Publié le 29 janvier 2019 Mis à jour le 30 janvier 2019
du 21 février 2019 au 22 février 2019 Maison de la Recherche | Amphithéatre F417 Université Toulouse Jean Jaurès 31058 Toulouse
Il n’y aurait rien de plus naturel que la reproduction ;
marque de notre existence biologique, elle s’imposerait à nous comme une pulsion, une nécessité, voire une finalité. Pourtant, derrière la fausse évidence de sa naturalité supposée, la reproduction fait l’objet d’attentions politiques et sociales particulièrement vives. Une multitude d’agents interviennent pour définir et encadrer la manière dont nous faisons famille aujourd’hui. Professionnel·le·s de l’action sociale, médecins, biologistes, juristes, éthicien·ne·s, psychologues... autant d’expert·e·s dont les savoirs sont mobilisés pour édicter les possibles familiaux, définir l’acceptabilité relative des projets reproductifs et mettre
en place les conditions de leur réalisation. Or, si ces interventions peuvent se déployer sur un format cœrcitif
ou restrictif (limitation de l’accès légal à l’adoption ou aux technologies d’assistance à la reproduction, par exemple), elles fonctionnent aussi sur le mode de l’invite à la réforme de soi. Les institutions ne font pas que permettre, interdire ou contraindre des projets familiaux : elles encouragent aussi les individus à transformer leurs désirs, réformer leurs attentes ou repenser leurs existences pour devenir – par et pour la prise en charge – de bons parents et de meilleurs sujets.

Pour clôturer son programme de recherche, l’équipe ETHOPOL invite, au cours de deux journées de colloque, d’autres chercheur·e·s à penser avec elle ces formes d’intervention pour renouveler, ensemble, l’appréhension du gouvernement des familles et de soi.

Colloque organisé par Sébastien Roux, Anne-Sophie Vozari & Marie-Ange Parisot.

Programme à télécharger


Maison de la Recherche | Amphithéatre F417 Université Toulouse Jean Jaurès 31058 Toulouse

HTTP://ETHOPOL.HYPOTHESES.ORG